Une forêt unique dans les Basses-terres du Saint-Laurent

Le territoire de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière est relativement plat hormis à proximité des cours d’eau. Là, ces derniers s’encaissent, parfois profondément, dans des terrasses de sable et s’écoulent sur un fond où abondent cailloux, blocs et seuils rocheux. Ailleurs, le sable est omniprésent en épaisseur variable sur de l’argile; lorsque l’argile s’approche de la surface, elle favorise le développement de milieux humides parfois tourbeux.

 

Les vieilles forêts, concentrées dans les milieux riverains, sont constituées de peuplements d’ormes, de bouleaux jaunes (merisiers), de frênes et de cèdres avec un sous-bois où abondent les fougères (têtes de violon). Ailleurs, on pourra aussi retrouver de vieilles prucheraies. Des érablières à érable à sucre de grande superficie se développent sur les sols bien drainés des terrasses sableuses. Lorsque le drainage ralentit, les peuplements résineux (épinettes, sapins) à mousses prennent de l’importance.

 

La forêt seigneuriale héberge une faune terrestre riche et diversifiée qui fait le bonheur des chasseurs, des trappeurs et des amants de la nature: orignaux, cerfs de Virginie, lièvres, perdrix, castors, etc. On y retrouve aussi un important habitat de la tortue des bois.

 

La rivière du Chêne est reconnue pour la pêche sportive de l’achigan à petite bouche; le réseau hydrographique est aussi, à bien des endroits, propice à l’omble de fontaine.

Vous pouvez télécharger ce document préparé par le Conseil régional de l'environnement de la Chaudière-Appalaches en cliquant sur ce lien: 

Suivez nous sur Facebook

  • Facebook Social Icône

Conçu  par un bénévole des Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière